Quelles sont les qualités requises pour ce métier ?

CG : cette profession gastronomique nous fait évoluer dans un univers de gourmandises, et il faut pour cela être un tant soit peu gourmand et gourmet, ne serait-ce que pour contrôler la qualité des produits ! Les arômes propres à la confiserie (chocolat, vanille, ...) mettent les sens en éveil et vous transportent dans un monde à part.

Depuis combien de temps la confiserie Gumuche est-elle installée au Raincy ?

CG : cela fait maintenant plus de 50 ans, puisque la société a été créée par mon grand-père en 1949*.

Pourquoi avoir suivi la voie de votre père, qui avait lui-même suivi celle de votre grand-père ?

CG : Nous avons voulu, mon père et moi, continuer l'œuvre commencé par mon grand-père, et puis c'est avant tout un métier qui me plait. Je baigne depuis mon enfance dans cet univers à la fois professionnel et familial. J'ai vu mon père développer la confiserie, et j'ai voulu à mon tour participer à cet essor. Je ne suis d'ailleurs pas seul à vouloir suivre les traces de mes parents et grands-parents, puisque ma sœur nous rejoindra dès la fin de ses études. Elle participera au développement de l'entreprise en privilégiant le contact direct avec le consommateur.

Quelle a été l'évolution de ce métier sur ces 50 dernières années ?

CG : Il s'est beaucoup industrialisé, parfois même trop. La mécanisation de la fabrication a joué un rôle de plus en plus important, car le mot d'ordre était "productivité". Malheureusement productivité ne rime pas toujours avec qualité.

Dans le contexte concurrentiel actuel, si les machines sont souvent indispensables à l'essor d'une société, il faut tout de même veiller à un juste équilibre avec le savoir-faire de l'homme. L'objectif à ne pas perdre de vue est la qualité de nos produits, connue et reconnue dans la profession. C'est pourquoi nous tenons avant tout à rester artisan fabricant dans le respect des valeurs d'antan.

(*Interview parue dans le dans le magazine "Le Raincy" datant de Décembre 1999.)